Après avoir effectué un bilan, votre kinésithérapeute a déterminé des axes de traitements.

La rééducation peut être basée sur différentes techniques. Celles ci peuvent être passives (le kinésithérapeute fait), ou actives (vous faites!).

Techniques passives :

  • Mobilisations passives. Le kinésithérapeute mobilise passivement vos articulations.
  • Massages. Le massage n’a pas une place primordiale dans le traitement de l’épaule. Il s’agira surtout de ponçages sur certaines zones très localisées.
  • Étirements. En vue de gagner de la souplesse dans vos tissus (muscles, tendons, capsule, ligaments).
  • Électrothérapie. Application de courant électrique à visée antalgique ou d’entretien de la fonction musculaire.

Techniques actives:

  • Mobilisations actives. Vous mobilisez vos articulations.
  • Étirements.
  • Musculation. Vous réalisez des exercices, sous la surveillance de votre kinésithérapeute, ou à domicile, après apprentissage.

 

Dès que possible, la rééducation doit être active. Vous allez être un acteur de votre rééducation. Le rôle du kinésithérapeute est de vous rendre le plus autonome possible, afin de guérir le plus rapidement possible.

 

Une rééducation d’épaule nécessite du temps.Les séances peuvent s’étaler sur plusieurs mois. La fréquence des séances est fonction de votre pathologie et de votre évolution. Elle peut être de 5 fois par semaine à 1 fois toute les deux ou trois semaines.

La Haute Autorité de Santé à définit un certain nombre de pathologies, avec un nombre de séances au delà duquel le kinésithérapeute doit effectuer une demande de poursuite de prise en charge des soins.

Il est de 50 séances pour une épaule opérée, pour rupture de coiffe.

Il est de 25 séances pour une tendinopathie non opérée de la coiffe des rotateurs.

Il est de 30 séances pour une fracture non opérée de l’extrémité supérieure de l’humérus.